Milton Dekker mène une existence harmonieuse entre son compagnon Stanislas et les étranges conversations nocturnes qu’il entretient avec le spectre de Louis II de Bavière – feu Roi des Lunes – lorsqu’il se découvre atteint d’une grave hépatite. Cette nouvelle bouleversant bon nombre de ses certitudes, le jeune homme décide d’entreprendre un voyage initiatique sur les traces de son frère jumeau Alexandre, retrouvé pendu chez lui sans raison apparente, sans explications, deux ans plus tôt à Anvers.

À travers une Allemagne interlope, romanesque et violente, guidé dans sa quête de vérité par le journal intime laissé par Alexandre à l’énigmatique Brivaël, Milton s’apprête à vivre un voyage lyrique, sensuel et cruel au cœur des racines du Mal…


Broché 133 x 203 mm

142 pages

Juin 2015

18€



« Au fur et à mesure de l’enquête, c’est l’horreur grandeur nature qui se dessine. D’une série de recherches menées par Milton, on arrive au coeur de l’immondice qui rampe en Europe – le néo-nazisme. Et là, on arrête de plaisanter sur le charisme d’une représentante qui nous fait haïr le bleu marine. Thierry Desaules évite les clichés et nous balade avec une violence à laquelle on ne s’attendait pas au début du livre. Et ça glace le sang, car cette lie-là n’a rien à voir avec l’homophobie mainstream qui envahit l’espace de pensée. C’est bien au-delà, c’est la xénophobie à l’état le plus gerbant, c’est la peste au coeur même de l’Europe. En dehors de l’aspect idéologique, presque politique, Thierry Desaules arrive à écrire un roman mettant en scène deux hommes en couple, deux hommes qui se débattent avec la maladie, sans tomber dans le lourdingue. Oui ils baisent (les autres, hétéros ou bi aussi, d’ailleurs) de manière explicite et sans paraboles ; oui ils ont l’honnêteté de vivre sans rien esthétiser (bonjour les sex clubs !), et ça change, un peu de franchise. Thierry Desaules se paye même le très agréable luxe d’un clin d’oeil stylistique à Guillaume Dustan, sous le regard d’Hervé Guibert. Deux fantômes qui planent sur le livre et dans l’univers de l’auteur avec bienveillance. Le roman de Thierry Desaules flirte avec le gothique, mais un gothique intelligemment moderne. La mort, le sexe, l’amour, la violence, le surnaturel rôdent dans un contexte actuel et réaliste, quotidien. Adieu tombes, pleine lune et déguisements en simili-cuir. Une bande son bien rock et t-shirt Alexander McQueen font très bien l’affaire. Pas besoin de surjouer quand on est bon ! » Tara Lennart, in The Denise Labouche Revue


Thierry Desaules vit à Strasbourg. Il est l’auteur du Ventre, un premier roman vénéneux paru en 2006 aux éditions Bonobo et salué par la presse gay.
Le grand public le découvre en 2009 avec Indochine, L’ombre des Mots, une biographie du plus célèbre groupe français, cautionnée par Nicola Sirkis et vendue à plusieurs milliers d’exemplaires. Suivront, toujours aux Éditions Alphée, Placebo, Rock sur Ordonnance et The Cure, Les Symphonies Névrotiques, deux biographies de référence auxquelles ont participé, entre autres, Virginie Despentes, Ann Scott, Jane Birkin et le collectif éléctro Rinôcérôs.