Peut-on être amoureux quand on est mort ?

photo de couverture ©Freddy Woets, 2015

Tout commence par un verre de trop, un instant d’inattention, un bus… et un type écrasé sous les roues. Ça crie, ça hurle, le type se relève et se contemple, raide écrabouillé sous la gomme… et du coup, tout se complique. Quitter un bistrot pour l’Éternité n’est pas aussi simple qu’il paraît.

Voilà notre mort en route pour un road-trip entre deux mondes, celui des vivants qui ne le voient pas, celui des trépassés qui errent dans l’éternité ; le paradis, l’enfer, c’est bon pour ceux qui y croient ! Mais surtout, le temps va être long… dans quatre milliards d’années le soleil commencera à rougir, à gonfler, à absorber la terre avant d’exploser. Dans quarante milliards d’années l’énergie noire aura eu raison de l’univers et il ne restera que ténèbres et protons. Il se demande ce que ressent un proton dans les ténèbres… En attendant, les gens passent sans le voir, et aucun fantôme en vue. Où sont donc passés les morts ? Et s’il allait hanter Paris ?

Soudain, au hasard d’un wagon (oui, même les morts aiment le train), la rencontre foudroyante : Lee-Lou. Elle est jeune, belle, et surtout, elle a le goût de l’amour. Mais peut-on être amoureux quand on est mort ?


Un soupçon déternité - papier

Broché, 133 x 203 mm

180 pages

Février 2016

16,00 €

  • disponible
  • 10 à 15 jours de délai de livraison


Freddy Woets

Freddy Woets est né près de Liège, là où le ciel mâche des terrils et se saoule à l'eau noire de la Meuse, où les fonderies crachent leur métal sur une terre à charbon. Il y avait des fermes aussi et des meules de foin, le pissenlit mêlait son odeur à celle de l'acier. C'était avant la télé et les échangeurs d'autoroutes. Les avions avaient des hélices et les demis coûtaient trois sous. Il dessinait dans la marge sous un poème d'encrier et de plume " Ballon "… Plus tard, il a fait les Beaux-arts et des poèmes toujours. La peinture le poussait à New York, les poèmes, à Paris. Des années qu'il écrit à Paris, mais il repeindra un jour…