Perversions

Brillante avocate parisienne, battante et sensible, Mia a apparemment tout pour réussir. Mais les apparences sont parfois trompeuses. Tourmentée par un divorce encore douloureux, une mère disparue quelques années plus tôt, et un maniaque de la pire espèce qui ne lui laisse aucun répit, Mia va se retrouver entraînée dans une spirale infernale. Les pervers sont partout, et il est souvent difficile de les identifier. Alors méfiance !


Perversions - papier

ISBN : 978-2-37453-063-5

Broché 133 x 203 mm - 192 pages

Octobre 2015

16,00 €

  • disponible
  • 10 à 15 jours de délai de livraison


Bernard COAT est né à Brest le 8 septembre 1958.

 Après avoir fréquenté l’école des Beaux-arts et le conservatoire de musique de la ville, pour « monter » à Paris et suivre des études de cinéma il exerce divers métiers dans le secteur audiovisuel. Outre des postes de technicien, il écrit des scénarios de films pour des sociétés événementielles. Passionné de littérature depuis l’enfance, attiré par toutes les formes artistiques, il décide de se consacrer à l’écriture.

 « J’ai vraiment voulu écrire quand je m’ennuyais à lire certains auteurs. Alors, pourquoi pas moi… ? C’était comme une continuité logique, je pouvais me retirer dans une bulle et me taire, ne rien faire ou observer, rester un heureux contemplatif. En vérité, ce sont des écrivains qui m’ont donné l’envie d’écrire et les grands artistes en général. J’aime toutes les expressions artistiques. Je fais dans le roman noir, la bande dessinée et quelques paroles de chansons. Auparavant, je travaillais sur des scénarios pour l’institutionnel. Dans un cas comme dans les autres, j’essaie de posséder le sujet mais en principe le sujet devient plus fort que l’auteur et s’impose de lui-même, comme un homme et son ombre. J’écris souvent sans stylo, sans PC, il faut un bon moment de maturation cérébrale avant de commencer le travail d’écriture proprement dit, ce qui me permet d’enrober mes pensées de gâteries syntaxiques et d’un vocabulaire choisi. Je me discipline pour rester dans les normes des catégories dans lesquelles je travaille. Faire du roman noir pour du noir, ne me plaît pas, je préfère du noir où je mélange toutes les couleurs des mots car en réalité quoique révolté, je suis un sage, passionné de littérature classique. Je compte bien diversifier les genres littéraires, si possible ne pas me restreindre, ce qui n’aurait comme effet que d’étouffer ce que j’ai de créatif. J’essaie de ne pas me limiter. Ma tentative est de restituer à la littérature ce qu’elle m’a apporté. Un rêve impossible ?

 J’apprécie et je remercie les gens qui me lisent. J’aime aussi recevoir de leurs nouvelles, leurs critiques et leurs états d’âmes. »

Son site : Bernard Coat