1941. Dans une Europe livrée aux nazis, des joueurs d'échecs que tout oppose s'affrontent à bord d'un paquebot.

En route pour l'Argentine, l’un est un aristocrate viennois dont l'incroyable maîtrise du jeu est née dans l'antre de la tyrannie, l’autre un homme plus modeste mais champion du monde reconnu. Ils disputent une ultime partie d’échecs dont l’enjeu est de mettre en défaut le tenant du titre.

Ce dernier texte écrit par Stefan Zweig avant son suicide est une dénonciation poignante et désespérée de la barbarie nazie.