Enfant innocent et spectateur de la société familiale étendue, et qui se sent comme « étranger », adopté dans sa propre famille, enfant victime et malheureux à Clongowes Wood, collège de jésuites où il est envoyé en pension, adolescent en proie au péché de la chair, et à la terreur de l’enfer, jeune adulte rejetant les croyances et les positions qu’en tant qu’Irlandais on voudrait lui voir embrasser, « Quand l’âme d’un homme naît dans ce pays, elle est aussitôt prise dans des filets et ne peut voler librement. Tu me parles de nationalité, de langue, de religion. Je cherche à me dégager de ces filets » et qui se réalisera dans l’exil volontaire, dans le reniement de sa patrie, « L’Irlande est une vieille truie qui dévore sa portée », c’est à cette lente sortie de la chrysalide que nous assistons à la lecture de ce roman.

C’est une lecture qui suscite des questionnements en écho à ceux que le narrateur expose, à la fois sur la notion de religion, de nationalité, sur les rapports sociaux dans cette Irlande du début du XXe siècle et son histoire douloureuse. Sur le rapport du héros à la femme aussi, la mère et la femme dans toute sa symbolique. 

Dedalus ou Portrait de l’artiste en jeune homme (A Portrait of the Artist as a Young Man), dont nous vous proposons une nouvelle traduction que l’on doit à Jean-Yves Cotté, est aussi le roman de la genèse d’un écrivain.

 

 

James Joyce est un romancier et poète irlandais expatrié, considéré comme l'un des écrivains les plus influents du XXe siècle. Ses œuvres majeures sont un recueil de nouvelles, intitulé Les Gens de Dublin (1914), et des romans tels que Portrait de l'artiste en jeune homme (1916), Ulysse (1922), et Finnegans Wake (1939). 


Portrait de l'artiste en jeune homme

Broché 140 x 216mm

292 pages

février 2020

16,00 €

  • disponible
  • 10 à 15 jours de délai de livraison