Chroniques de la mort blanche - L'Intégrale - Nicolas Cluzeau

L’Intégrale des Chroniques de la Mort Blanche regroupe les 4 tomes de la saga, Avant les ténèbres, Noir Saphir, Dragon des brumes et Le Maître des oiseaux, et vous entraîne dans un univers d’une grande richesse et d’une sombre violence, où rien n’est complètement blanc ou noir.

 

Les magiciens, garants de la paix dans l’Archipel, désertent les Marches de l’Orlandie pour se réfugier dans leurs domaines des Franges féériques. Pourtant ils n’y trouvent pas la paix. La mort blanche, fléau inexpliqué et implacable, qui ne décime que les êtres doués de magie, les infecte les uns après les autres. Derniers porteurs d’espoir, deux jeunes magiciens, un troll puissant et un limier humain se mettent en route vers la Tour d’Émeraude où ils pensent pouvoir trouver les clefs de ce mystère. Délaissé par les magiciens gardiens de l’ordre, le reste de l’Orlandie est à la merci du féroce seigneur Endrew qui se proclame Haut-Roi et menace de destruction tous les territoires qui refusent son autorité. De dangereux alliés l’assistent dans ses noirs desseins et l’Archipel sombre dans une guerre sanglante…

 


Mini-interview pour en savoir plus sur le roman !

Dis-nous tout, comment t'es venue l'idée de ton roman ?

De deux inspirations en particulier : tout d'abord, mettre en scène la jeunesse d'un personnage déjà écrit, Arline, au milieu d'un jeu de pouvoir au sein d'une civilisation frappée par une malédiction terrifiante.

 

Tu peux nous décrire ta scène préférée ? Sans trop en dire, pour le suspense bien sûr !

Ma scène préférée sera toujours le duel de deux des personnages principaux à la fin du deuxième tome.

 

As-tu un livre ou un auteur de référence qui t'a inspiré à construire cette histoire ?

J'ai toujours admiré le cycle de Lyonesse de Jack Vance. Construire une intrigue sur une île-continent soumise aux pressions de puissances continentales, comme lui, m'a stimulé.

 

Quels sont la plus belle qualité et le plus grand défaut de ton personnage principal ?

Le problème est qu'il y a plusieurs personnages principaux. Je vais prendre Endrew Jaurgrym : il est certain de combattre pour ce qu'il sent être le progrès et l'unification, mais le fait à l'aide de moyens peu scrupuleux.

 

Si tu devais donner trois mots pour définir ton style littéraire, ce serait… ?

Hétéroclite, riche et précis.

 

Le pitch en une phrase, pour convaincre les lecteurs et lectrices qui hésiteraient ?

Sur l'île-continent d'Orlandie, frappée par la Mort Blanche, une malédiction qui détruit la magie, plusieurs groupes s'affrontent soit pour trouver un remède, soit pour profiter du fléau, au

cœur d'une guerre civile où rien n'est tout à fait noir ni tout à fait blanc.